INTRODUCTION

Nous commençons la première d’une série d’articles visant à donner une vue d’ensemble de l’homosexualité afin de contribuer à une meilleure compréhension de ce problème pour les individus et l’Eglise. D’autres articles seront intitulés:

Peut-on espérer pour une guérison?
Que voulez-vous dire par le changement?
L’Eglise et l’homosexualité
J’aime quelqu’un qui est gai. Que dois-je faire?

L’homosexualité, C’est Quoi?

Il n’y a pas une définition précise, toute inclusive pour l’homosexualité. Il est peut-être plus facile de vous dire ce que l’homosexualité n’est pas. Ce n’est pas un défait génétique, un déséquilibre d’hormones,une maladie mentale, ou le résultat d’être possédé par un démon.

L’homosexualité veut dire que des hommes sont attirés sexuellement et émotionnellement par d’autres hommes, et que des femmes sont attirées sexuellement et émotionnellement par d’autres femmes. On l’appelle aussi l’attirance au même sexe.

Pourquoi est-ce que des personnes ressentent cette attirance au même sexe? L’homosexualité est acquise à travers toute une combinaison complexe de facteurs d’influence et de choix personnels. Beaucoup de personnes attirées au même sexe disent avoir un sens d’être « différent » à partir d’un très jeune âge, et donc sont convaincues qu’elles sont « nées gaies ». Quelques fois, les médias ou les magazines ont donné l’impression que les scientifiques en ont trouvé la preuve génétique. Jusqu’à présent, il n’existe pas de preuves valides. Mais la perception d’être différent est un facteur.

Il y a ceux qui pensent que certaines personnes sont gaies par leurs propres choix. Ce n’est pas le cas pour la plupart des personnes gaies. Elles ne se sont pas réveillées un bon matin, se disant que « Bon, je n’ai pas eu d’attirance envers le même sexe jusqu’à ce point, mais dorénavant je pense que je vais être gaie. » On ne peut pas changer d’orientation aussi facilement qu’on allume et éteint une lumière. Il va de soit que nous avons toujours le choix en ce qui concerne nos décisions, que nous soyons homosexuels ou non. Nous choisissons d’obéir à nos émotions et désirs et de quelle manière. Le fait que nous ressentons certains désirs ne nécessite pas que nous y cédions. De même, ceux qui ressentent de l’attirance au même sexe peuvent choisir de s’identifier en tant que personnes « gaies » ou « lesbiennes ».

Un autre facteur à considérer est ce qui s’est passé dans leur vie. Certains ont peut-être été blessés émotionnellement et cela a un effet sur ce qu’ils pensent d’eux-mêmes. Ils ont peut-être été victimes d'abus sexuel ou bien ils ont connu une rupture avec un ou les deux parents (après avoir passé bien du temps avec ceux qui veulent quitter l'homosexualité, nous constatons que beaucoup d'entre eux ont connu une ou plusieurs de ces expériences. Précisons que ceux qui ont connu l’abus sexuel ou qui ont eu un rapport difficile avec un des parents ne seront pas tous nécessairement attirés par d’autres personnes du même sexe. De même, ceux qui sont d’une orientation homosexuelle n’ont pas tous connu l’abus sexuel). Au cours des années, selon l’aide ou le manque d’aide qu’ils ont reçus afin de naviguer à travers les moments pénibles qu’ils ont connu, et selon les choix qu’ils ont faits, ces individus ont commencé à avoir de l’attirance pour ceux du même sexe.

Il semble y avoir en général un nombre d’éléments différents qui font une différence dans la vie de certaines personnes. Parmi d'autres :

  • Les éléments qui sont là à notre naissance (par exemple, notre personnalité ou notre prédisposition génétique)
  • S'il y a d'autres expériences négatives considérables dans notre enfance (par exemple, l'abus sexuel ou le rejet par ceux qui nous entourent)
  • Si notre situation de famille était bonne ou mauvaise
  • S'il y avait de l'aide disponible, et quel genre d'aide, pour une jeune personne faisant face à ces difficultés ?
  • Le genre d'éducation morale reçu par un enfant
  • Les choix que la personne a faits face à ses désirs et ses émotions
  • Si les rôles de femmes et d'hommes sont définis ou confus selon notre culture particulière

Vous ne trouverez pas deux personnes qui prennent l’identité et le style de vie homosexuelle pour les mêmes raisons. L’une peut avoir connu une situation familiale difficile alors que l’autre provient peut-être d’un milieu « idéal » entourée d’amour et de discipline. Les parents peuvent avoir une influence sur le choix de leurs enfants vers l’homosexualité, mais ils ne sont pas complètement responsables pour de tels choix.

L’homosexuel n’est pas simplement une victime de circonstances. Ses choix personnels ont beaucoup avoir avec son acheminement vers l’homosexualité. Cependant, l’interaction entre les facteurs influents et les choix personnels est si compliquée et si différente pour chaque individu, à tel point que Dieu seul peut distinguer dans sa compréhension et son amour comment défaire et recommencer le processus.

On ne trouve pas le même niveau d’engagement pour chaque personne homosexuelle. Une personne homosexuelle peut se trouver à n’importe quel point dans ces catégories.

  • LA FANTAISIE
  • LE COMPORTEMENT
  • L’IDENTITÉ
  • LE STYLE DE VIE

L’homosexualité commence au niveau DU COMPORTEMENT ou de LA FANTAISIE. Un enfant peut avoir une expérience sexuelle homosexuelle à un très jeune âge, ou il n’aura peut-être pas de relations homosexuelles de nouveau que bien plus tard dans sa vie. (Cette expérimentation ne veut pas dire nécessairement que l’enfant deviendra homosexuel. La grande majorité des gens ne vont pas au-delà de ce stage d’expérimentation ; au contraire, ils deviennent hétérosexuels). D’autres deviennent conscients de leur attraction homosexuelle à un certain âge. Ils ne prendront peut-être jamais les pas nécessaires pour combler ces attirances ou ces fantaisies.

Pour certaines personnes, la fantaisie et le comportement homosexuels peuvent les mener à un niveau D’IDENTITÉ. C’est à ce point que la personne commence à s’identifier en tant que gaie ou homosexuelle. Cette personne base déjà sa personnalité (son sens propre) sur l’homosexualité, même si elle ne s’est jamais engagée dans une relation sexuelle. Certains restent à ce niveau d’identité. C’est le niveau le plus déterminant et le plus destructif.

Certains individus continuent le parcours jusqu’à adopter LE STYLE DE VIE. C’est ici que la personne (qui se considère déjà homosexuelle) commence à s’engager au sein d’une subculture homosexuelle qui devient un réseau de soutien. La personne s’entoure d’amis homosexuels, fréquente les bars ou les boîtes de nuit pour gais, etc. Dans cet environnement bien établi, la personne se sent bien moins isolée. Elle a le sens d’appartenir.

Lorsque vous rencontrez quelqu’un qui se dit homosexuel, souvenez-vous de ces catégories. Il peut se trouver à n’importe quel point. Demandez-lui ce qu’il veut dire lorsqu’il parle de son homosexualité. Veut-il dire que son sens d’être est basé sur l’homosexualité ? Est-ce qu’il trouve son soutien au sein d’un groupe pour homosexuels ? Vous agirez envers cette personne selon l’endroit où elle se trouve sur ce chemin.

Qu’est-ce que Dieu pense de l’homosexualité ? Dieu considère que l’activité sexuelle avec une personne du même sexe est contre sa volonté. (Voir Lévitiques 18 :22, Lév. 20 :13, Romains 1 :26-27, 1 Corinthiens 6 :9-11, 1 Timothée 1 :9-10). Le Seigneur Jésus Christ a très clairement précisé qu’une personne est coupable du même péché, qu’elle soit engagée dans le domaine de la fantaisie ou du comportement. Bien que l’homosexualité est visiblement contre la volonté de Dieu, il est de même très clair que Dieu ne juge pas l’homosexualité plus sévèrement que l’adultère, le vol, l’ivresse, l’égoïsme, le mensonge et la tricherie et Il réagit de la même façon envers ces choses.(Voir 1 Corinthiens 6 :9-11).

Nous devrions préciser comment Dieu agit envers ceux qui luttent avec l’homosexualité. Jésus Christ était lui-même une réflexion de la volonté de Dieu lorsqu’il se trouvait face à face avec ceux qui commettaient des péchés sexuels. Il offrait sa miséricorde et son pardon, au lieu d’une condamnation et du rejet. Il offrait également l’espoir, une vie libre de l’esclavage au péché sexuel. Il a aussi précisé qu’il est nécessaire de se repentir, d’être pardonné et de grandir dans sa foi. Christ peut intervenir et il le fera dans son amour abondant et tout puissant. La personne homosexuelle n’est pas condamnée à l’homosexualité pour toujours. Comme tout autre pécheur, cet individu peut devenir une nouvelle créature et ainsi commencer une nouvelle vie avec Dieu. En fait, la Bible nous dit très clairement que l’église à Corinthe incorporait ceux qui avaient été homosexuels et qui ne l’étaient plus. (Voir 1 Corinthiens 6 :9-11). L’amour et la grâce de Dieu sont bien plus puissants que notre péché. Dieu produira les changements nécessaires dans la vie de la personne qui demeure en sa présence.

Lorsqu’il s’agit d’une personne en difficulté avec l’homosexualité, il nous faut réaliser que nous avons affaire avec bien plus qu’un comportement particulier contraire à la loi de Dieu. Nous nous trouvons face à face avec une personne entière. Les gens s’engagent dans d’autres genres de péchés. L’homosexuel est une personne qui ressent des besoins très profonds (le besoin de se rapprocher de Dieu, interaction avec d’autres personnes, le désir d’aimer et d’être aimé en retour) qui ne sont pas comblés. Il y a peut-être des blessures personnelles qui ne sont pas résolues. On devrait considérer ces aspects de leur vie.

Cet article touche brièvement sur bien d’autres problèmes. Dans les articles qui suivent, nous allons jeter un regard plus approfondi sur la manière avec laquelle Dieu intervient dans la vie des personnes. Nous allons considérer comment agir envers une personne homosexuelle et quel rôle joue l’église à l’égard de l’homosexualité.


Droits réservés 2002, Exodus Alliance Globale. Basé sur un article provenant avec permission de New Direction for Life Ministries.